Wemmel: une campagne sur le thème de la sécurité

Les programmes électoraux transpirent la sécurité cette année à Wemmel. Les deux principales listes en présence – la Liste du Bourgmestre et la Lijst W.E.M.M.E.L – se positionnent clairement sur le sujet. Selon la zone de police Amow – qui regroupe quatre communes (Asse, Merchtem, Opwijk et Wemmel) – 430 faits criminels ont été enregistrés dans l’entité l’année passée. Si le nombre est en constante diminution d’année en année, il reste cependant le plus élevé de la zone. Il vient en tout cas justifier les différents programmes visant à lutter contre cette criminalité issue essentiellement de la capitale via le Ring.

Dix-sept caméras de sécurité devraient être installées dans les trois mois. Une mesure qui s’inscrit dans le projet « Wemmel en construction ».

« Les travaux d’installation ont débuté, se réjouit le bourgmestre Christian Andries (LB-indépendant). Ces caméras intelligentes repéreront par exemple très rapidement les plaques d’immatriculation qui ne sont pas en ordre. » Si leur installation n’est pas vue d’un mauvais œil par l’opposition, c’est plutôt leur nombre et plus encore leur coût qui fait débat. « Nous étions dans un premier temps d’accord d’en installer une douzaine pour environ 200.000 euros, explique le conseiller d’opposition et tête de liste W.E.M.M.E.L Walter Vansteenkiste (indépendant). Mais d’après mes informations, il s’agirait finalement de 23 caméras pour un coût total d’environ 500.000 euros. Et ça, c’est non ! » L’opposition exprime des doutes notamment quant au retour sur investissement d’un projet d’une telle ampleur.

Les deux principales listes se rejoignent par contre sur certains points. L’augmentation du nombre de gardiens de la paix est une priorité partagée, tout comme la recherche de solutions adaptées à chaque quartier en fonction des problèmes rencontrés sur le terrain. La Liste du Bourgmestre souhaite mettre en place des « citoyens-relais » qui auraient des contacts réguliers avec les autorités communales. Dans le même sens, la Lijst W.E.M.M.E.L veut que les agents de quartier soient mieux connus des riverains.

Majorité et opposition se divisent par contre à nouveau sur la question des zones de police. Alors que la liste tirée par Walter Vansteenkiste veut continuer à collaborer avec la zone Amow dont Wemmel fait partie, le bourgmestre remet en cause sa création. « Cela m’oblige à discuter avec trois bourgmestres dont les communes ne connaissent pas les mêmes problèmes de sécurité », déplore-t-il.

La Liste du Bourgmestre plaide dans son programme pour un renforcement de la coopération avec les zones de police avoisinantes, dont les zones bruxelloises frontalières. Figure aussi en bonne place l’étude de la faisabilité d’un retour à une zone de police monocommunale. Une proposition inacceptable pour l’opposition. « Elle va complètement à l’encontre de la tendance générale qui est au regroupement. »

Le Soir, 21 septembre 2012