Aujourd’hui, la N-VA fait déjà partie de la majorité dans 19 communes du Brabant flamand pour la prochaine mandature. Le parti fournit également huit bourgmestres. Quant au CD&V, il participe à 42 coalitions. C’est ce qui ressort d’un état des lieux livré par le gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte après les élections du 14 octobre, alors que les coalitions pour la prochaine mandature sont déjà formées dans 61 communes sur les 65 de la province. Seules Grimbergen, Vilvorde, Wemmel et Zaventem ne sont pas encore dans ce cas.

Le CD&V participera à la majorité dans 42 communes et comptera 27 bourgmestres.

Six communes présentent une majorité absolue CD&V. Le SP.A prend la deuxième place dans ce classement (il participe à 28 coalitions et compte 6 bourgmestres), suivi par l’Open-VLD (27 coalitions et 15 bourgmestres).

Les libéraux ont obtenu la majorité absolue dans deux communes. Groen participe à la coalition majoritaire dans neuf communes, dont six fois avec la N-VA. Dans les cinq communes à facilités sur six où un accord est déjà intervenu pour présenter un candidat bourgmestre, c’est un candidat francophone qui est proposé à la signature.

Les élections ont débouché sur une majorité absolue pour un seul parti dans 14 communes. Le type de coalition le plus représenté est un partenariat CD&V/N-VA (14 communes). Cette coalition est renforcée dans cinq cas avec le SP.A et/ou Groen, une fois avec l’Open-VLD et une fois avec une liste libérale dissidente.

Une coalition CD&V-SP.A s’est formée dans dix communes (dans ces cas, sans cartel avec Groen). Dans huit communes, c’est une coalition CD&V-Open VLD qui est de mise.

L’alliance Open-VLD – N-VA apparaît quatre fois, et la combinaison Open VLD-SP.A cinq fois. Quatre communes s’en tiennent à la tripartite classique.

A Landen, le SP.A, la N-VA et l’Open VLD s’associent, tandis qu’à Glabbeek, c’est le Dorpspartij (LDD) et le S-PA qui sont partenaires.

Le Soir, 26 octobre 2012